Un 75e salon à l’ère zéro émission

75e salon
Les constructeurs qui se sont adressés aux médias le 18 janvier en avaient tous beaucoup à dire sur les plus récentes technologies d’électrification, de connectivité et de conduite assistées qui fouleront les ateliers de mécanique dans les années à venir. (Photo : Thomas Ethier)

Pour sa 75e année, le Salon international de l’auto de Montréal 2018 (SIAM) incarne plus que jamais le virage électrique et technologique mondial ainsi que le passage du Québec en vitesse supérieure vers la mobilité Zéro émission.

Les constructeurs qui se sont adressés aux médias le 18 janvier en avaient tous beaucoup à dire sur les plus récentes technologies d’électrification, de connectivité et de conduite assistées qui ne feront qu’accroitre dans les prochaines années, avant d’investir les ateliers de mécanique.

Qui plus est, la nouvelle Norme Zéro Émission introduite le 11 janvier par le gouvernement du Québec, imposée dans le but d’inciter les constructeurs à multiplier le choix de véhicules électriques offerts aux consommateurs de la province, a été soulignée à grand trait.

Les thèmes prédominants de ce 75e salon auront été exposés d’entrée de jeu par Mitsubishi, qui brisait la glace de la journée Médias par deux fils conducteurs du salon: les voitures rechargeables et les VUS.

Objectif Zéro Émission

Le constructeur dévoilait ainsi son tout nouveau VUS Outlander PHEV 2019,  présenté comme le véhicule hybride électrique rechargeable à traction intégrale le plus techniquement avancé au monde. Son système électrique à deux moteurs, montés séparément sur les essieux avant et arrière, génère une puissance de 60 kWh, jumelé à un moteur à essence écoénergétique de 2 litres.

France Lampron, directrice,  Électrification des transports à Hydro-Québec, s’est jointe à Mitsubishi pour les présentations: «  (…) nous visons à intégrer 500 véhicules hybrides ou rechargeables à notre parc de véhicules légers afin de réduire nos émissions de GES », a-t-elle affirmé, mentionnant que le Outlander hybride rechargeable est le premier VUS branchable qui réponde aux besoins d’Hydro-Québec.

Nissan, précurseur de la mobilité électrique avec la Leaf, innove encore cette année avec le Leaf 2018, une voiture à zéro émission de 147 chevaux dont la puissance a été augmentée de 37% par rapport à ses prédécesseurs.

À 236 pieds cubes de coupe, on la décrit comme une sorte de VUS, dans le corps d’une Leaf. Munie d’un bloc moteur de 40 kWh et d’une autonomie d’environ 240 km, on prévoit déjà pour 2019 une version à 60 kWh.

Innovation notoire : la Leaf 2018 introduit la technologie ePedal, qui permet, dans un mouvement instinctif, d’accélérer, de décélérer et d’immobiliser le véhicule à l’aide de la seule pédale d’accélération.

Parmi les nombreux constructeurs à vanter leurs nouvelles technologies électriques, BMW a pris soin de souligner, à travers ses innovations de haute performance,  ses cinq récents modèles à moteurs brancheables.  On retrouve ainsi encore exposé cette année le modèle i8, un hybride rechargeable d’une puissance de 369 chevaux, dotée d’un moteur trois cylindres turbo et central de 1,5 litre. Le moteur électrique commande les roues avant, pour en faire une sportive à rouage intégral.

Des voitures plus grosses

 En parallèle à l’intérêt florissant pour la mobilité durable, le souci de taille s’impose également d’un bout à l’autre du salon.  Subaru, par exemple, présente d’emblée ce qu’elle décrit comme sa plus grosse voiture jamais construite : la Ascent 2019.

Mitsubishi vantait par exemple la puissance de son nouveau VUS hybride Outlander PHEV 2018, doté d’une capacité de remorquage de 1500 livres.

Avec la nouvelle ePace, Jaguar adapte également son créneau aux besoins des consommateurs, en leur offrant le meilleur des deux mondes : des performances sport avec les avantages d’un VUS.

On retient également le nouveau VUS de Nissan, la Kicks, un véhicule à traction dotée de 4 cylindres et d’une suspension adaptée.

L’hydrogène arrive au Québec

C’est sans doute Toyota qui aura le plus attiré l’attention des principaux médias de la province avec une annonce spéciale à laquelle s’est joint le Ministre québécois de l’Énergie et des Ressources naturelles, Pierre Moreau.

Après le Japon et la Californie, Le Québec devient la 3e région au monde à introduire  la Miraï, une toute première voiture propulsée par un moteur à Hydrogène. Encore embryonnaire, l’introduction de la Miraï au Québec été présentée en grande pompe, car le gouvernement du Québec testera ce modèle en intégrant 50 de ces véhicules à groupe moteur propulsé à l’hydrogène à son parc automobile.

Cette annonce définit le Québec comme plateforme d’essai de cette nouvelle technologie qui pourrait éventuellement profiter de la force hydroélectrique de la province pour s’imposer sur les routes.

Paratagez-le !