Diagnostiquer avant et après

Diagnostiquer avant et après
L’analyseur associé au diagnostic électronique est devenu indispensable. (Photo : I-CAR)

La chasse aux ampoules de Noël dans le tableau de bord et aux codes d’anomalie est officiellement commencée.

Il y a plusieurs années, un carrossier montréalais spécialisé dans les véhicules haut de gamme a dû embaucher un technicien automobile expert en diagnostic. La raison : la multiplicité et la complexité des systèmes informatisés dépassaient la capacité de ses carrossiers à les démonter et les remonter correctement, sinon à les remplacer. Force est d’admettre que son défi face à l’avance légendaire des constructeurs allemands, toujours en tête d’ailleurs, est devenu celui de toute l’industrie.

Les codes d’anomalie

Impossible désormais de ne pas tenir compte des systèmes informatisés de tous ordres. Il faut en vérifier l’état et le fonctionnement en deux temps, soit avant et après les réparations. Ceci s’impose tant par l’obligation de remettre à neuf ce qui doit être réparé, que par celle de remplacer les détecteurs et les modules rendus inutilisables, de les reprogrammer au besoin ou de programmer les nouveaux modules. Au final, l’exercice vise à s’assurer que tous les codes d’anomalie sont relevés et supprimés, qu’ils aient été liés ou non aux dommages causés par l’accident. Leur suppression ne doit cependant pas se faire avant un essai routier, car certains ne s’enregistrent qu’après un nombre défini de cycles d’allumage, ou en fonction de l’enregistrement de données spécifiques.

Les aides à la conduite

Mais il n’y a pas que l’aspect des codes d’anomalie. Il y a aussi tout le volet des aides à la conduite que sont les caméras et les capteurs, même s’ils n’ont été que démontés et remontés. Il est fort possible que vous ayez à en refaire systématiquement l’étalonnage et l’initialisation s’il y a eu bris de supports ; dans tous les cas, seul le constructeur l’indiquera, de même que la façon de faire. Ces procédures fort délicates ont trait aux aides à la conduite de types lidar, radar, sonar, détecteurs d’obstacles ; ce qui inclut les divers systèmes d’alerte, d’assistance et de vision nocturne.

Le cours VT117L01

Tout un contrat à honorer, mais ainsi en va-t-il du raffinement effréné de véhicules qu’il faut remettre sur la route de façon à ce qu’ils soient aussi sécuritaires qu’à l’origine. Au fait, si les dommages empêchent de procéder au diagnostic électronique avant d’entreprendre les travaux, on doit le faire dès que les circuits le permettent. Notez que la formation I-CAR – VT117L01, appelée « Aperçu des tendances touchant les technologies et les diagnostics » porte sur l’essentiel de ce qu’il faut savoir à ce sujet.

Les systèmes courants

• Aide au stationnement

• Alerte de collision imminente

• Alerte de correction automatique de trajectoire

• Alerte de franchissement non signalé de ligne

• Alerte de trafic transversal arrière

• Alerte de trafic transversal avant

• Caméras à vue panoramique de 360°

• Éclairage adaptatif

• Fonction autonome de stationnement

• Freinage à réduction d’impact

• Régulateur de vitesse adaptatif

• Surveillance des angles morts

• Vision nocturne

• Vue arrière

• Vue latérale

Paratagez-le !