Pour le meilleur ou pour le pire

Pour le meilleur ou pour le pire
Afin de rendre inapparente l’application du mastic, il est primordial de biseauter parfaitement le pourtour de la peinture. (Photo : I-CAR)

Des défauts de réparation les plus apparents, c’est le mauvais usage du mastic qui déplaît le plus, puisqu’il est signe d’incompétence aux yeux des profanes, sinon d’un travail bâclé.

Quel que soit le véhicule, si cette pâte à base de polyester n’a pas été correctement utilisée, les risques sont grands qu’elle affiche bêtement qu’il a été accidenté. Aussi esthétique que soit son rôle, son application exige la même attention que l’ensemble des travaux de réparation – dont il est la dernière étape – et le même soin que tous les aspects de la finition proprement dite.

La touche finale

De fait, longtemps appliqué à toutes les sauces, le mastic ne doit servir qu’à maquiller en permanence les imperfections et à lisser la surface. Il ne doit être que la touche finale du débosselage. Aussi simple que paraisse l’application du mastic sur le métal nu ou sur un apprêt époxydique, elle ne peut se faire qu’en s’assurant de suivre à la lettre les indications et les recommandations du fabricant. Or, plusieurs prescrivent des techniques de préparation qui leur sont exclusives, ou indiquent que leur produit ne s’applique que sur le métal nu, la peinture poncée ou un apprêt.

Les essentielles précautions

• Si un apprêt époxydique est utilisé, il faut absolument qu’il soit de la même gamme de produits que celle qui sera utilisée pour la finition.

• Lorsque le mastic demeure inutilisé pendant un certain temps, on doit avant usage bien le mélanger dans son contenant en utilisant un agitateur à peinture, puisque le polyester se sépare du diluant.

• Le mastic et le durcisseur doivent être mélangés sur une surface non poreuse.

• Il ne faut pas sauter d’étape de sa préparation et de son application, puisqu’il s’agit d’une opération dans laquelle il y a des interactions chimiques et physiques.

• L’application du mastic doit se faire dans un lieu où la température ambiante et celle de la carrosserie sont entre 15 et 30 °C. Ne pas respecter cette plage peut gravement altérer la qualité du résultat.

La cruciale préparation

Il est très important de comprendre l’importance de bien utiliser le mastic de carrosserie et de s’arrêter à cette étape cruciale qu’est sa préparation. Lorsque les procédures ne sont pas rigoureusement respectées, on peut être certain que des défauts paraîtront à très court terme.

Paratagez-le !