Éviter des pertes majeures

Éviter des pertes majeures
Ne jamais signer à l’aveuglette.

Qui néglige de se guider sur les chiffres risque de perdre beaucoup, sinon de ne faire que peu ou pas de profit.

Si vous faites partie de mes fidèles lecteurs, vous avez sûrement remarqué que j’ai effectivement déjà abordé la question de la gestion des pièces.

J’y reviens pour être certain de m’être bien exprimé, et pour ajouter à ce que j’ai déjà amplement souligné, puisque cet élément représente près de la moitié de votre chiffre d’affaires.

C’est loin d’être négligeable. Sur 2 millions, on parle de presque 1 million de dollars en unités qu’il faut gérer de près si on ne veut pas creuser insidieusement sa tombe.

Ranger et classer

Chaque fois que je mets le pied dans un atelier, je jette un coup d’œil du côté des pièces, quitte à faire le point à ce sujet avec le directeur de l’atelier, et le conseiller le cas échéant.

Il n’y a que deux endroits où devraient se trouver les pièces : sur le chariot propre à chaque véhicule en cours de réparation, ou dans les aires qui leur sont réservées selon leur taille.

Vu leur nombre, leur importance, leur valeur et la facilité d’accès avec laquelle on devrait les trouver et y accéder, je suis renversé chaque fois que je constate qu’elles sont plutôt éparpillées et non classées.

Signer après vérification

Je suis tout aussi renversé de voir trop souvent que signe qui veut les bons de livraison avant même de savoir de quoi il s’agit et de s’assurer que ce sont les bonnes pièces, et qu’elles y sont toutes.

Quand je dis « signe qui veut », j’entends que c’est tantôt, et sans distinction, le gérant, un commis, un préposé, un peintre ou un débosseleur ; bref, n’importe qui, sauf un responsable désigné.

Commander tôt

Parmi les causes de pertes importantes dues à l’interruption du cycle, je note également que si on a bien compris que la livraison doit se faire juste à temps, on a mal saisi qu’il faut également commander à temps.

Plus le délai de livraison est serré – 24 ou 48 heures par exemple – plus on s’expose à ne recevoir que les pièces dont dispose le fournisseur, et à devoir attendre ce qui est manquant durant quelques jours.

L’effet boomerang

Trop peu d’attention est par ailleurs accordée aux retours, qui ne devraient jamais être négligés ; plus on attend, plus il faudra compter de temps avant d’être remboursé. L’effet boomerang est donc recommandé.

Gestion des pièces

  • Désigner un responsable du contrôle des pièces ;
  • Rappeler que celles-ci sont une priorité ;
  • Commander d’une à trois semaines avant les travaux ;
  • Exiger que le code du bon de réparation apparaisse sur les factures ;
  • Exiger que chaque pièce soit vérifiée à la livraison ;
  • Ne signer le bon de livraison qu’après vérification ;
  • Faire déposer les colis sur les charriots correspondant aux bons de réparation ;
  • Exiger que le livreur vérifie s’il y a ou non des retours ;
  • Installer la même journée les pièces reçues en avant-midi ;
  • Installer le lendemain matin celles qui sont livrées en après-midi.

Paratagez-le !