AutoJournal juin 2017

AUTOJOURNAL JUIN 2017
AutoJournal juin 2017

L’édition de juin du magazine AutoJournal est maintenant disponible en ligne ! Vous pouvez la consulter ici, mais d’abord, quelques mots de la rédactrice en chef du magazine AutoJournal, Josée Hamelin.

Une question de pérennité

Dans un marché mature où les concessionnaires sont nombreux à solliciter les acheteurs, négliger la relance peut s’avérer coûteux.

Coûteux, parce qu’aujourd’hui, le client veut définir lui-même les termes de son expérience d’achat, même si cela implique qu’on lui réponde à 11 h du soir ou au beau milieu de la nuit… ce qui a évidemment un prix. À l’instar de l’instantanéité vécue en ligne, il s’attend à ce qu’on lui communique avec lui lorsqu’il le désire, à défaut de quoi il filera chez un concurrent qui confie ses appels à l’externe.

Que vos appels soient gérés en concession ou par un BDC, vous avez probablement saisi que cette édition de juin portera sur la gestion de la relation client. « Il ne s’agit pas d’être simplement à la mode ou de suivre les autres, mais bel et bien d’assurer l’avenir financier de l’entreprise », rappelle notre chroniqueuse et spécialiste, Yanick Jomphe, dans l’article qu’elle signe dans le dossier.

Et si l’avenir financier de vos entreprises passait par l’achat en ligne ? C’est du moins l’audacieux pari pris par Chambly Honda, qui est devenu fin mai la première concession canadienne à offrir l’achat de véhicules neufs sur Internet. Cette nouvelle plateforme permet de sélectionner le modèle et ses équipements, d’être approuvé au crédit et de choisir les protections et garanties en une dizaine de minutes. Combien parmi vos conseillers aux ventes et responsables du F & A peuvent en faire autant ?

En fait, il ne s’agit pas d’en faire autant, mais d’en faire plus, puisque désormais, le bassin d’acheteurs ne se limite plus à la Montérégie, mais est plutôt défini par les frais de livraison que le client sera prêt à assumer en fonction de sa localisation. Cela, c’est sans compter les traces laissées par ceux qui ne concluront peut-être pas la transaction en ligne, mais qui choisiront d’y magasiner, définissant leur « liste d’envies » pour ensuite être contactés.

Peu importe les moyens utilisés pour garder le contact avec vos clients, il vous faut plus que jamais être attentif aux besoins de ceux qui ne souhaitent pas être sollicités. À compter du 1er juillet, la loi fédérale anti-pourriel permettra aux particuliers et aux organisations de poursuivre ceux qui seront présumés l’avoir violée…

Bonne relance !

Cliquez ici pour lire AutoJournal juin 2017

”AJ06”

Paratagez-le !